OUI à des salaires qui permettent de vivre dignement

UNIA défend les travailleurs frontaliers contre les intérêts des travailleurs suisses et des étrangers résidant en Suisse. Je suis consterné de voir que les syndicats de notre pays ont oublié les travailleurs et prônent toujours la maxime communiste « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous! »

Nous défendons les intérêts des travailleurs contre le nivellement par le bas voulu par les employeurs et leurs alliés. Nous nous battrons contre le dumping salarial encouragé par le capital est ses amis.

Nous luttons pour la dignité, contre des salaires indignes. Nous luttons pour une Europe qui respectent les travailleurs, pour une Suisse qui préserve son niveau de vie, et contre la société des marchands.

N’en déplaise à certaines personnes, l’économie Suisse n’est pas en mesure d’absorber tous les chômeurs de l’Union Européenne. Force est de constater que, face à une Europe en crise, face à une Europe qui régresse et qui produit plus de chômeurs que de richesse, l’afflux de travailleurs frontaliers se fait de plus en plus pressant. Le nombre de frontaliers a doublé en cinq ans et le nombre de chômeurs aussi. La pression sur les salaires devient de plus en plus insupportable. Les tensions entre travailleurs locaux et travailleurs frontaliers est de plus en plus grande. Le trafic trans-frontalier engendre une pollution croissante et des bouchons de plusieurs centaines de kilomètres par jour.

Le bilan social, écologique, et économique de la libre circulation des travailleurs est de plus en plus négatif.

Petites mains de ce pays, travailleurs, je vous encourage à quitter vos syndicats qui défendent les intérêts des autres contre le vôtre. Je vous demande d’arrêter de soutenir par vos cotisations des associations qui ne pensent qu’à eux même et qui vous ont sacrifié sur l’autel de la libre circulation et du libre échange.

Il devient de plus en plus évident que le capital et le communisme se confondent l’un et l’autre, qu’ils recherchent le même but l’asservissement du travailleur.

 

Be the first to comment on "OUI à des salaires qui permettent de vivre dignement"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*