Carte postale de Roland Villard

Borsalino vissé sur la tête, Roland Villard arrive avec sa garde rapprochée: son épouse et un collègue de parti. C’est depuis la maison d’Henri Guisan, à Pully, que le président du Mouvement citoyens vaudois (MCVD) et candidat au Conseil d’Etat a choisi d’envoyer sa carte postale aux Vaudois. Le militant rédige sa missive sur la table en bois massif de la salle à manger, face au Léman. Et revient sur son attachement pour la célébrité qui a habité ce lieu de 1902 à 1960.

«C’est une personnalité symbolique pour le canton de Vaud et la Suisse. Un homme de caractère qui a su montrer de la conviction et une force de résistance. On sent ici cet esprit d’indépendance, d’autonomie, cette envie de se battre pour les habitants de la région, cette notion de liberté et de patrie. Ça rejoint le slogan du MCVD: «Les citoyens d’abord!» L’Yverdonnois se souvient que Guisan était une figure importante pour ses grands-parents. «Mon grand-père a fait la Mob; il me racontait les histoires de guerre à la frontière.»

Face à la caméra de La?Télé, Roland Villard tombe le chapeau. Un peu anxieux, il a rédigé la veille un texte faisant office de prompteur. Il devra s’en passer; le résultat à l’écran est tout sauf naturel. «Je ne suis pas très à l’aise avec ce genre d’exercice», confie l’Yverdonnois. La troisième prise sera la bonne. Roland Villard se détend peu à peu pour faire passer, sans l’aide de ses notes, le message du MCVD. «Un parti ni de gauche ni de droite, qui ne veut exclure personne mais se bat pour les gens d’ici.»

Par M.N pour 24heures.

Article de 24heures et vidéo de la télé