Le Seco manipule les chiffres

Hier, le secrétariat à l’économie nous livrait son rapport sur la libre circulation des personnes. Un rapport digne de l’époque soviétique et qui aurait sans doute fait la première page de la “Pravda” tellement il respirait l’honnêteté et la vérité. La libre circulation des personnes, l’afflux de travailleurs frontaliers n’auraient aucune incidence négative sur l’emploi en Suisse.

Prenons certains chiffres en détails. Le nombre de chômeurs dans les cantons limitrophes de l’Union Européenne, notamment les cantons romands et le Tessin, est de 2 ou 3 fois supérieur à la moyenne nationale. Le Seco le reconnaît lui-même: la situation est tellement grave que le nombre d’indemnités par chômeur a été augmenté dans ces cantons à 520 à la place de 400 jours.

Je cite une lettre que j’ai sous les yeux où le Seco déclare: “Le Conseil fédéral a décidé le maintien des 120 indemnités journalières supplémentaires et ce jusqu’au 30 novembre 2010 ; ceci en raison du fort taux de chômage enregistré.” Il est ajouté que l’augmentation concerne les plus de 30 ans qui risque de tomber dans une période de chômage de longue durée. De qui se moque-t-on? Veut-on nous faire avaler des couleuvres? Dans le canton de Vaud, il y a 7 % de frontaliers de plus qui squattent chaque année nos emplois. L’augmentation de leur nombre est supérieur aux places de travail créées. Quel est la conséquence de cela? Augmentation massive du chômage qui a doublé ces dernières années, augmentation des personnes à l’aide-sociale ou au RI professionnel. Quels sont les conséquences sur les individus, sur notre environnement et sur l’Etat?

Sur les individus:

– Pression accrue sur les salaires, baisse des revenus et du pouvoir d’achat;

– Précarisation et paupérisation d’une partie de la population; Augmentation du sentiment d’insécurité;

– Pression psychologique et autres atteintes à la santé qui débouchent sur de coûts supplémentaires pour la collectivité.

Sur l’Etat:

– Augmentation des coûts pour l’assurance chômage;

– Perte de recettes fiscales pour la confédération, les cantons et les communes;

– Explosion du coût de la facture sociale.

Sur l’environnement:

– Augmentation du trafic routier et accroissement des taux de pollution;

– Nuisances sonores pour les riverains des frontières et des routes d’accès à nos villes;

– Saturation de nos infrastructures et détérioration amplifiée de celles-ci;

– Coûts supplémentaires pour créer des infrastructures afin “d’aspirer” la main d’oeuvre en provenance de l’étranger.

Nier le fait que la libre circulation est néfaste pour la vie des citoyens de ce canton, c’est: – nier le fait que les parkings de nos entreprises son envahis par les plaques jaunes; nier le fait que dans certaines entreprises près de 50% des employés sont des frontaliers; nier que les salaires à la périphérie des frontières sont soumis à des pressions insoutenables et intolérables. On peut lire dans ce rapport qu’il n’y a pas d’arrivée massive de travailleurs européens qui s’établissent en Suisse. En effet, il s’installent à nos frontières pour bénéficier d’avantages et viennent travailler chez nous. Cela suffit! Cette politique est irresponsable, elle coûte à des milliers de personnes et finalement coûte à l’ensemble de la collectivité suisse. La Suisse chasse des résidents bénéficiant de permis B et qui se retrouvent en fin de droit pour engager des frontaliers qui piquent nos ressources financières.

Les pays voisins attaquent nos banques, nos institutions, nos choix politiques et le portemonnaie de nos concitoyens. Nous disons “halte à l’ingérence”, “halte à une politique de soumission” et nous crions “oui à la résistance”. Il est temps de réaliser que notre Etat n’a pas d’amis. Les Etats n’ont pas d’amis mais uniquement des intérêts à défendre. Défendons nos droits, refusons le mensonge et la manipulation du Seco.

Be the first to comment on "Le Seco manipule les chiffres"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*