Initiative pour une “Suisse respectée et souveraine”

Il y a un peu plus de 700 ans, en 1291, nos aïeux faisaient serment en adoptant un pacte pour garantir la sécurité territoriale, la vie des personnes et protéger les biens qu’ils possédaient. Un acte de résistance et une union sacrée pour contrer les grandes puissances hostiles qui les entouraient. Ce pacte est le fondement de notre démocratie actuelle, notre acte de naissance, notre boussole pour l’avenir, le trait d’union qui relie chaque communauté linguistique et canton de notre pays. La Suisse, par-delà les différences, est née de la volonté de résister, de l’envie d’être libre et souveraine, de ne pas être inféodée à une puissance étrangère. A l’image de notre héros national, Guillaume Tell, chaque habitant de ce pays refuse de courber la tête devant le couvre-chef de l’Europe.

Le pacte adopté par nos ancêtres stipule que: “se sont engagés, sous serment pris en toute bonne foi, à se prêter les uns aux autres n’importe quels secours, appui et assistance, de tout leur pouvoir et de tous leurs efforts, sans ménager ni leurs vies ni leurs biens, dans leurs vallées et au dehors, contre celui et contre tous ceux qui, par n’importe quel acte hostile, attenteraient à leurs personnes ou à leurs biens (ou à un seul d’entre eux), les attaqueraient ou leur causeraient quelque dommage.”

Aujourd’hui nous sommes en danger, l’histoire se répète…

L’Europe, par la voix de José Manuel Barroso, veut revoir les accords bilatéraux et nous forcer à aller vers la voie de l’adhésion. Nous refusons de plier l’échine devant le représentant de cette force de domination.

Il est clair que le peuple Suisse:

* Ne veut pas adhérer dans l’UE actuelle qui ne respecte pas la souveraineté et les droits populaires.
* Refuse d’entrer dans un espace économique européen (EEE). Le peuple l’a clairement dit en 1992.

La voie plébiscitée par le peuple suisse et celle des bilatérales, des accords sectoriels selon les besoins et les intérêts de chacun.

L’Europe a besoin de la Suisse, elle envie et jalouse la Suisse. Incapable de tenir les critères de Maastricht, criblés de dette, les états européens font pression pour piller la Suisse et ses ressources.

Pression sur nos banques, sur notre système d’impôt, sur notre démocratie. L’incapacité des politiciens européens à gérer leurs propres affaires et leurs envies de sortir du marasme dans lequel ils ont plongés leurs populations les poussent à agir comme des voleurs et des oppresseurs. Ces attaques sont des actes hostiles qui méritent une réponse appropriée de notre part.

Nous nous retrouvons dans la même situation qu’en 1291. Nos droits, nos biens, nos vies et notre souveraineté sont menacés.

* Restriction de nos libertés et des droits populaires
* Augmentation de la criminalité et de l’insécurité
* Perte des richesses et de notre pouvoir d’achat

Pour ces raisons, nous demandons au Conseil Fédéral de retirer immédiatement notre demande d’adhésion à l’Union Européenne et d’interrompre tout pourparler visant une intégration de la Suisse dans l’UE.

En outre, nous proposons une initiative populaire dite “pour une Suisse respectée et souveraine” afin de modifier la constitution fédérale.

Nous proposons le texte suivant:

La Confédération helvétique est un état politiquement souverain, indépendant et neutre.

La Confédération helvétique ne peut, pour garder sa neutralité, son autonomie, sa souveraineté et sa sécurité nationale adhérer à une entité politique supranationale.

Est considéré comme entité supranationale: L’OTAN, L’UE et tout autre nouvelle entité supranationale qui pourrait voir le jour.

Le Bureau Directeur du MCVD

Be the first to comment on "Initiative pour une “Suisse respectée et souveraine”"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*